Otages Intimes – Jeanne Benameur

otagesintimes

Photographe de guerre, Étienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand enfin il est libéré, l’ampleur de ce qu’il lui reste à ré apprivoiser le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril.
De retour au village de l’enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre depuis lequel il pourrait reprendre langue avec le monde.

Comment ne pas être impatiente de lire un nouveau livre de Jeanne Benameur ? J’ai pris mon mal en patience et résisté à l’envie de l’acheter toutes les fois où nos regards se sont croisés en librairie puisqu’il était tout en haut de ma liste de choix pour les matchs de la rentrée littéraire de Priceminister.

Une fois le livre en main, comme à chaque fois avec cette auteure-là, j’ai grignoté les mots, tout doucement. Je les ai laissés infuser en moi. J’ai parfois relu encore et encore les mêmes mots, pour leur douceur, leur poésie, pour l’envie, la vie.

Comme toujours, avec Otages Intimes, Jeanne Benameur nous plonge au cœur des émotions avec une écriture de l’intime, au plus près de ses personnages.
On suit Etienne dans ses peurs, son retour à la vie, ses interrogations, ses faiblesses, ses petits bonheurs. On l’accompagne dans sa lente ascension pour ré apprivoiser la vie, pour lui redonner un sens, y retrouver une place.
Car Etienne est libre ou plutôt libéré, mais la route est encore longue jusqu’à la vie retrouvée, la liberté, la vraie. L’apaisement.
On le voit réapprendre des gestes simples, des petits riens. S’imprégner de l’odeur des forêts, goûter au plaisir de l’eau glacée du ruisseau qui glisse dans le corps. Marcher, beaucoup.

Ce qui m’a particulièrement interpellée dans ce roman c’est cette part d’humanité qu’on enferme, qu’on ré freine, qu’on étouffe pour pouvoir supporter l’insupportable. Ce bout de nous qui ne peut plus être,qu’on refoule pour ne pas devenir fou.
Mais qu’en fait-on finalement ? Il devient quoi, il se cache où ? On le récupère comment ? Est-ce qu’à force de le renier, il meurt ? Est-ce qu’on ne revient pas de cet isolement, de ce silence-là ? Est-ce qu’on abandonne un bout de nous-même? Est-ce qu’on ne sera plus jamais les mêmes? Comment se reconnecter à soi-même?

Sans oser comparer tous les traumatismes à celui traverser par Etienne, je crois qu’on est tous à un moment ou un autre otage de quelque chose, de quelqu’un, de nous-même. Et on resserre les murs pour ne pas imploser, pour continuer à avancer. Mais est-ce qu’on égare pas, dans ces batailles-là, une part de ce qu’on est ? C’est cette question-là qui s’est imprimée en moi et qui reste là, quelque part, même plusieurs mois après avoir refermé ce livre.

Je vais quand même vous parler un peu de tous les humains qui gravitent autour d’Etienne. De tous ces personnages secondaires qui le portent, chacun à leur façon, à bout de bras. Ils prennent tour à tour la parole, nous racontant leur vies, leurs vides, leur(s) lien(s) avec Etienne. Chacun un peu otages eux-aussi, à leur manière… D’un amour, d’une histoire familiale etc. Mais toujours emplis d’une douceur et d’un amour de la vie, de l’humain sans faille.

12224114_936458109775213_2021506125_n

La grande, l’immense joie du retour qu’il n’osait même plus rêver, il n’arrive pas à la vivre. Il est toujours au bord. Sur une lisière. Il n’a pas franchi le seuil de son monde. L’exil, c’est ça ?

Vous l’aurez compris, ce livre m’a transporté de bout en bout, alors n’hésitez plus, emparez-vous en :)! Je lui attribue la note de 18/20 !

matchs-rentree-litteraire-price-minister-2015-L-TXr9MO

Et une nouvelle fois un grand merci à Priceminister pour cette merveilleuse lecture !
Publicités

3 commentaires

  1. La Tête En Claire · mars 14, 2016

    J’ai très envie de découvrir cette auteure du coup ton billet confirme cette envie et fait noter celui là en particulier =D

    J'aime

    • lesviesdansent · mars 15, 2016

      Oh oui, son écriture est vraiment magique! J’ai aussi aimé Profanes, les insurrections singulières et je crois que mon coup de coeur c’est Laver les ombres :)! Bonne découverte à toi!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s