Jacques Brel : « On est fait pour vieillir, et non mourir, qui veut dire s’arrêter » – entretien avec Jacques Chancel

Je rentrais de chez ma grand-mère, j’étais fatiguée mais j’ai écouté jusqu’au bout Jacques Brel parler de l’enfance, de l’immobilisme, de ses rêves qu’il faut poursuivre encore et encore. Tout ça avec son humilité folle, comme à son habitude. Allez, toi aussi viens reprendre quelques cuillère d’envie de vivre en l’écoutant 😉 !

« L’argent fige les hommes, les rend immobiles, or un homme c’est fait pour être mobile, ça je suis sûr de ça, je suis incapable de vous le prouvez mais je suis sûr de cela. Un homme c’est fait pour bouger, c’est pas fait pour s’arrêter, c’est fait pour continuer. Et pour mourir en mouvement éventuellement. Tout le malheur vient de l’immobilité. Toujours. On use les choses en étant immobile. »

« Quel est votre idéal ? C’est essayer, je crois que c’est ça, essayer, c’est tenter, c’est essayer » [et tout ce qui suis cette phrase toute simple mais qui dis tout, un bonbon à laisser fondre sur la langue…]

Publicités

Les hautes lumières – FAUVE ≠

Question existentielle du jour : je mets mes nus-pieds, mes bottes en caoutchouc ou mes petites baskets bleues à pois blancs pour aller voir FAUVE ≠  en concert au #Foreztival ce soir ?
[Oui parce que peut-être après les pluies diluviennes d’hier au soir il y aura de la boue…Ou peut-être pas… Là est toute la question…]

Je t’aime (maintenant) – L’atelier intérieur 11.03.2013

Une de mes petites lubies : écouter des podcasts de France Culture pendant que je cuisine.. J’adore ça. Et j’ai également mon émission fétiche : L’atelier Intérieur.

l-atelier-interieur
Mais là, c’est les vacances, pour la douce voix d’Aurélie Charon aussi… Alors je vais piocher dans les vieux cartons de l’émission.
Et c’est comme ça qu’aujourd’hui je suis tombée sur ça , l’émission du 11.03.2013, Je t’aime (maintenant) 

L’atelier intérieur s’ouvre aux cœurs battants. Aux cœurs brisés et à ceux réconciliés. Ce soir c’est vouloir l’amour fou et ne pas se soucier de la durée. Ce sera éphémère ou infini, platonique ou charnel. L’histoire se moque du sablier : elle sait qu’un instant peut tout gagner. Un instant peut triompher et balayer les années. Parce que certains êtres révèlent certaines parties de soi, et on les rencontre pour ça. Un côté de soi aimanté par un côté de l’autre. Et il en faut plusieurs pour se donner du volume. Se sentir exister de tous les côtés.

Toute l’émission est captivante mais mon oreille s’est arrêté plus particulièrement sur le projet de Sandra Reinflet :

Je t'aime

Sandra Reinflet a aimé vingt-quatre fois. Au moins. Son père, celui du premier baiser, son premier amant, l’homme qui n’a pas voulu, une attirance homosexuelle, celui avec lequel elle a vécu… Je t’aime maintenant retrace un cadran amoureux composé de 24 heures distinctes et liées par un fil: l’Histoire d’amour de l’auteure. Pour chacune des personnes, elle a choisi une heure correspondant à un moment fort. En un court texte et une photographie, elle retranscrit ce que la mémoire en a conservé. Elle est ensuite partie en quête de ces hommes parfois perdus de vue depuis des années, pour confronter le souvenir au réel, et les a photographiés chez eux. Cette histoire pourrait tout aussi bien être la nôtre.

Je trouve l’idée folle et grandiose. Retrouver, rencontrer parfois pour la première fois tous les hommes de notre vie. Ceux qui nous ont marqué, construits, transformés de près ou de loin, sur la durée ou subrepticement. Refaire le chemin  à l’envers. Cette idée est à la fois exaltante et terrifiante.
Du coup, voilà, c’est fait, j’ai commandé le livre en question… :)!

jetaimemaintenant_2

Dessin par Amélie Bonin qui tous les lundis soirs dessine l’émission en direct
Vous pouvez retrouver tous ses dessins ici

Dans cette émission il y a aussi la chanteuse GiedRé qui chante des choses un peu décalées-osées et que j’aime bien écouter de temps en temps

Il y a aussi Carlotta Alessandri, courriériste du cœur de l’hebdomadaire Nous deux, qui a écrit un livre sur tout ça (qui m’a l’air fort sympathique aussi) et qui parle très bien de toutes les missives qu’elle reçoit et dans quelle posture elle y répond.

Et pour finir Jean-Claude Bologne, historien, qui lui, a écrit sur l’Invention de la drague, en regroupant, recoupant les codes et usages de drague depuis le 19ème siècle.

Dans une heure il sera minuit et je dirai : je t’aime, entre parenthèses : (maintenant). Entre parenthèses : (je ne sais pas jusqu’à quand). Entre parenthèses : (c’est bon signe). Entre parenthèses : (nous avons mon amour aboli le temps)