Roumanie : pour ceux qui lisent, les transports publics sont gratuits – Cécile Mazin – 19.08.2015 – ActuaLitté

Romanian-City-Gives-Free-Bus-Rides-To-People-Who-Read-Books-Inside1__880

Un Roumain nommé Victor Miron a proposé au maire de sa ville, Emil Boc, d’instaurer une gratuité dans les transports, pour ceux qui liront dans le bus. Les habitants de Cluj-Napoca n’en reviennent pas, un an plus tard.

Le projet de Victor Miron a fait ses premiers pas voilà une année, et le maire y a donné suite du 4 au 7 juin 2015. Le projet était simple : « Je crois qu’il est préférable de promouvoir la lecture en récompensant ceux qui lisent au lieu de critiquer ceux qui ne le font pas », expliquait Victor. Sa campagne de valorisation a donc pris une ampleur citoyenne, et les habitants ont accepté de se prendre en photo, avec un livre, pour obtenir la gratuité des transports.

A quand ce genre d’initiative en France  😉 ?

Vous pouvez lire l’article en entier ici

Publicités

Être en vacances, c’est n’avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire – Robert Orben

Bonjour Angers !IMG_2110IMG_2117 IMG_2118IMG_2124IMG_2125

En voyage à Nantes

IMG_2200

IMG_2221IMG_2222 IMG_2239 IMG_2237 IMG_2232 IMG_2223
IMG_2212

IMG_2240

IMG_2243 IMG_2272 IMG_2279 IMG_2284

IMG_2215 IMG_2290

Nantes Estuaire

IMG_2310 IMG_2324 IMG_2327 IMG_2338 IMG_2342

La Vendée à bicyclette (mais pas que ;))

IMG_4588 IMG_4594 IMG_2357

Le Nombril du Monde à Pougne-Hérisson

[si tout ça t’intrigue viens voir par ici]

IMG_2364 IMG_2366

IMG_2363IMG_2369

Une semaine bien chargée mais très dépaysante et malgré tout reposante 🙂

Trilogie Islandaise – Jón Kalman Stefánsson

entre-ciel-et-terre-poche  top-poches,M102584cdlh

Trois tomes durant lesquels il n’y a qu’à se laisser bercer par l’écriture du détail, lente et poétique de Jón Kalman Stefánsson.  Récit du voyage initiatique d’un gamin qui rêve de vivre pour les mots et leur beauté plutôt que pour le poisson à pêcher, décharger,saler encore et encore. Jón Kalman Stefánsson a su créer des personnages attachants, de ceux qu’on pourrait suivre une vie entière tellement leur compagnie nous est douce et familière. Et bien sûr l’Islande, terre entourée d’eau, toute à la fois abrupte, dangereuse, énigmatique et attirante.

« Les hommes n’ont nul besoin de mots, ici, en pleine mer. La morue se fiche des mots, même des adjectifs comme sublime. La morue ne s’intéresse à aucun mot, pourtant elle nage dans les océans, presque inchangée, depuis cent vingt millions d’années. Cela nous apprend-il quelque chose sur le langage ? Eh bien, nous pouvons peut-être nous passer de mots pour survivre, mais nous en avons besoin pour vivre. »

J’ai découvert cette série grâce à l’envoi du premier tome par Laurent
lors du swap que j’avais organisé en mars dernier. Merci beaucoup !

Jacques Brel : « On est fait pour vieillir, et non mourir, qui veut dire s’arrêter » – entretien avec Jacques Chancel

Je rentrais de chez ma grand-mère, j’étais fatiguée mais j’ai écouté jusqu’au bout Jacques Brel parler de l’enfance, de l’immobilisme, de ses rêves qu’il faut poursuivre encore et encore. Tout ça avec son humilité folle, comme à son habitude. Allez, toi aussi viens reprendre quelques cuillère d’envie de vivre en l’écoutant 😉 !

« L’argent fige les hommes, les rend immobiles, or un homme c’est fait pour être mobile, ça je suis sûr de ça, je suis incapable de vous le prouvez mais je suis sûr de cela. Un homme c’est fait pour bouger, c’est pas fait pour s’arrêter, c’est fait pour continuer. Et pour mourir en mouvement éventuellement. Tout le malheur vient de l’immobilité. Toujours. On use les choses en étant immobile. »

« Quel est votre idéal ? C’est essayer, je crois que c’est ça, essayer, c’est tenter, c’est essayer » [et tout ce qui suis cette phrase toute simple mais qui dis tout, un bonbon à laisser fondre sur la langue…]

Les hautes lumières – FAUVE ≠

Question existentielle du jour : je mets mes nus-pieds, mes bottes en caoutchouc ou mes petites baskets bleues à pois blancs pour aller voir FAUVE ≠  en concert au #Foreztival ce soir ?
[Oui parce que peut-être après les pluies diluviennes d’hier au soir il y aura de la boue…Ou peut-être pas… Là est toute la question…]

Tout le monde est occupé – Christian bobin

ttlm

Ariane buvait, dansait, riait. Robe bleue, coeur rouge. Un beau mariage. Boissons, danses et confidences. Un château avait été loué pour l’occasion. Château, c’était beaucoup dire – plutôt une grosse ferme avec des salles immenses, des murs épais et des plafonds bas. Ariane buvait beaucoup, dansait beaucoup et riait encore plus. Personne n’avait jamais réussi à l’éduquer, à lui apprendre les bonnes manières. Les bonnes manières sont des manières tristes. Ariane n’était pas douée pour la tristesse. Elle aimait et elle voulait. Le reste n’importait pas. Vivre est si bref. Donne-moi ce que j’aime. Je n’aime que la vérité. Donne-moi ce que tu es, laisse tomber ce que t’ont appris tes maîtres, oublie ce qu’il est convenable de faire. Telle était la magie d’Ariane : une rare plénitude d’être là, fraîche, simplifiée, simplifiante. Tu me prends, tu me laisses mais surtout tu ne me fais pas la leçon, tu ne m’expliques pas comment il faudrait que je sois. Je suis comme toi un cadeau de Dieu. Un cadeau ne se discute pas. Vivre est si rapide, il faut bien mettre un peu d’enthousiasme là-dedans, non? Tout Ariane disait des choses de ce genre. Elle avait choisi son mari parmi dix possibles. Ce mariage était jour de fête pour un homme et jour de deuil pour neuf autres. Un deuil réjouissant, enivrant, coloré : on ne pouvait pas en vouloir à Ariane. Autant faire des reproches au printemps. C’est Ariane et c’est la vie, blessure et lumière vous arrivent en même temps, on ne peut faire le tri, on ne peut demander un temps de réflexion, une pause, un répit, c’est la vie et c’est Ariane. Deux épousées en une.

Un tout petit conte moderne de 115 pages un peu fou mais très poétique dans lequel je vous invite à vous plonger.

Je t’aime (maintenant) – L’atelier intérieur 11.03.2013

Une de mes petites lubies : écouter des podcasts de France Culture pendant que je cuisine.. J’adore ça. Et j’ai également mon émission fétiche : L’atelier Intérieur.

l-atelier-interieur
Mais là, c’est les vacances, pour la douce voix d’Aurélie Charon aussi… Alors je vais piocher dans les vieux cartons de l’émission.
Et c’est comme ça qu’aujourd’hui je suis tombée sur ça , l’émission du 11.03.2013, Je t’aime (maintenant) 

L’atelier intérieur s’ouvre aux cœurs battants. Aux cœurs brisés et à ceux réconciliés. Ce soir c’est vouloir l’amour fou et ne pas se soucier de la durée. Ce sera éphémère ou infini, platonique ou charnel. L’histoire se moque du sablier : elle sait qu’un instant peut tout gagner. Un instant peut triompher et balayer les années. Parce que certains êtres révèlent certaines parties de soi, et on les rencontre pour ça. Un côté de soi aimanté par un côté de l’autre. Et il en faut plusieurs pour se donner du volume. Se sentir exister de tous les côtés.

Toute l’émission est captivante mais mon oreille s’est arrêté plus particulièrement sur le projet de Sandra Reinflet :

Je t'aime

Sandra Reinflet a aimé vingt-quatre fois. Au moins. Son père, celui du premier baiser, son premier amant, l’homme qui n’a pas voulu, une attirance homosexuelle, celui avec lequel elle a vécu… Je t’aime maintenant retrace un cadran amoureux composé de 24 heures distinctes et liées par un fil: l’Histoire d’amour de l’auteure. Pour chacune des personnes, elle a choisi une heure correspondant à un moment fort. En un court texte et une photographie, elle retranscrit ce que la mémoire en a conservé. Elle est ensuite partie en quête de ces hommes parfois perdus de vue depuis des années, pour confronter le souvenir au réel, et les a photographiés chez eux. Cette histoire pourrait tout aussi bien être la nôtre.

Je trouve l’idée folle et grandiose. Retrouver, rencontrer parfois pour la première fois tous les hommes de notre vie. Ceux qui nous ont marqué, construits, transformés de près ou de loin, sur la durée ou subrepticement. Refaire le chemin  à l’envers. Cette idée est à la fois exaltante et terrifiante.
Du coup, voilà, c’est fait, j’ai commandé le livre en question… :)!

jetaimemaintenant_2

Dessin par Amélie Bonin qui tous les lundis soirs dessine l’émission en direct
Vous pouvez retrouver tous ses dessins ici

Dans cette émission il y a aussi la chanteuse GiedRé qui chante des choses un peu décalées-osées et que j’aime bien écouter de temps en temps

Il y a aussi Carlotta Alessandri, courriériste du cœur de l’hebdomadaire Nous deux, qui a écrit un livre sur tout ça (qui m’a l’air fort sympathique aussi) et qui parle très bien de toutes les missives qu’elle reçoit et dans quelle posture elle y répond.

Et pour finir Jean-Claude Bologne, historien, qui lui, a écrit sur l’Invention de la drague, en regroupant, recoupant les codes et usages de drague depuis le 19ème siècle.

Dans une heure il sera minuit et je dirai : je t’aime, entre parenthèses : (maintenant). Entre parenthèses : (je ne sais pas jusqu’à quand). Entre parenthèses : (c’est bon signe). Entre parenthèses : (nous avons mon amour aboli le temps)

Le Petit Prince – Mark Osborne

Pas facile d’adapter l’inadaptable n’est-ce pas ? Pourtant Mark Osborne ne s’en sort pas si mal.

Les scènes fidèles au livre de Saint-Exupéry en stop-motion de papier sont de véritables petits bijoux. Ce sont 16 minutes d’une poésie et d’une douceur exceptionnelles. On voudrait que cela dure toujours !

XVMb77f0936-2659-11e5-9800-dd50c08405a9

7777421113_l-histoire-du-petit-prince-sera-contee-en-stop-motion

Mark Osborne a fait le choix de faire du Petit Prince une histoire dans une histoire.
La première partie m’a plue : la petite fille qui découvre la magie du monde et sort des sentiers battus grâce à l’histoire du petit prince comptée par son vieux voisin farfelu j’ai trouvé ça mignon.

f81fa7d3410408e360b0058d349043645485a7dc605ae

La troisième et dernière partie du film m’a quant à elle un peu ennuyée et dérangée. Le réalisateur extrapole, continue l’histoire de Saint-Exupéry à sa guise mais il en fait trop. Tout sonne très « moral à l’américaine ».
Ce parti-pris ne m’a pas du tout séduite alors que j’avais savouré précautionneusement la première partie…
Dommage ! Mais je vous encourage à aller voir ce que ça donne par vous même, l’adaptation reste sympathique !

Je vous laisse avec une petit vidéo du très beau livre pop’up du texte intégral des éditions Gallimard Jeunesse