Comme un avion – Bruno Podalydès

commeunavion
Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l’aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui‐même n’a jamais piloté d’avion…
Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C’est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grandes traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l’eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres.

Qu’est-ce qu’un avion sans ailes? Un Kayak. C’est l’idée qui petit à petit s’inscrit en Bruno. Jusqu’à en devenir une véritable obsession.
Bruno est un quinquagénaire dont la vie professionnelle et personnelle stagne un peu. Il déborde de rêves mais ne prend jamais le risque de les concrétiser, de passer à l’action. Elles s’installent en lui sous forme de lubies.
C’est donc très logiquement qu’il achète pléthore d’accessoire de kayakiste, guides en tout genre, se perd dans l’admiration de dessins de coque de l’embarcation pendant ses heures de travail. Il tourne autour du pot, comme toujours. Même quand il saute le pas et achète -enfin, dans un accès de folie son kayak, il l’utilise dans son salon ou sur le toit de l’immeuble.

cua

Un peu poussé par sa femme, il prend finalement la mer (enfin la rivière) et assouvit ainsi son besoin de sortir des sentiers battus, du chemin tout tracé qu’est sa vie.

204225.png-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Commence ainsi une douce odyssée, follement poétique, débordante de tendresse et d’humour.

Les faux-départ à répétition, la paresse et le quasi-sur-place de Bruno pourrait laisser penser qu’il est un aventurier manqué, mais il n’en est rien. L’aventure n’est bien souvent pas là où l’attend.

« Vous avez soif d’aventure, vous habitez au deuxième étage, vous montez tous les jours au deuxième étage, un jour ayez la curiosité de monter au troisième étage et l’aventure commence »
Georges Perec

A travers ce voyage (presque) immobile, Bruno goûte à la douceur de prendre le temps, de savourer la vie dans sa plus grande simplicité, se laisser bercer par les flots. Il expérimente avec bonheur le lâcher prise.

Un film bienveillant à voir pour prendre le temps d’arrêter le temps

Et pour se laisser bercer en musique je vous laisse avec :
Comme un avion sans aile – Charlelie Couture
Vénus – Alain Bashung

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s